Cycle 25, 30 à 50% inférieur à 24.

Cycle 25, 30 à 50% inférieur à 24.

Abigail Tabor pour la NASA, 12 juin 2019

Les derniers astronautes d’Apollo ont eu de la chance. Non seulement parce qu’ils ont été choisis pour s’envoler vers la Lune, mais aussi parce qu’ils ont raté un mauvais moment sur la route. Ce temps n’était ni un ouragan ni une vague de chaleur, mais la météo de l’espace, le terme de rayonnement du système solaire, dont une grande partie est libérée par le Soleil. En août 1972, juste entre les missions Apollo 16 et Apollo 17, il y avait une tempête solaire qui a envoyé des explosions dangereuses de rayonnement. Sur Terre, nous sommes protégés par notre champ magnétique, mais dans l’espace, cela aurait été dangereux pour les astronautes.

La capacité de prévoir de tels événements est de plus en plus importante alors que la NASA se prépare à envoyer la première femme et le prochain homme sur la lune dans le cadre du programme Artemis. Des recherches en cours ont peut-être trouvé une nouvelle méthode fiable pour prédire cette activité solaire. L’activité du soleil se lève et tombe dans un cycle de 11 ans. Les prévisions pour le prochain cycle solaire (cycle 25) indiquent que ce sera le plus faible des 200 dernières années. Le maximum de ce prochain cycle, mesuré en termes de nombre de taches solaires, une mesure standard du niveau d’activité solaire, pourrait être de 30 à 50% inférieur à celui du plus récent. Les résultats montrent que le prochain cycle débutera en 2020 et atteindra son maximum en 2025.

73, – Claude ON4CN

Info de la Source de EA1CS ICI