L’Antarctique en crise climatique

Antarctic in climate crisis despite Treaty

When the Antarctic Treaty came into effect 60 years ago, its signatories had little idea how successful it would be. World leaders agreed to leave an uninhabited continent twice the size of Australia free from war, weapons and nuclear waste.
At that time, they declared that Southern Polar region, which is 98% ice and does not have an indigenous population, should belong to no Country and instead, be devoted to collaborative science. In the following decades, extra rules to stop companies mining minerals and drilling for oil turned Antarctica into the biggest nature reserve in the world.

Now climate change is undermining that success story. About 90% of the world’s surface fresh water is locked up in the Antarctic Ice Sheet and, as the planet heats up, glaciers whose collapse would deluge coastal cities from New York to Jakarta are melting and growing less stable.

World leaders have pledged to limit warming to well below 2 degrees Celsius this century, but their current policies will heat the world by almost 3 Degree Celcius, according to Germany-based research group Climate Action Tracker. A study published in the journal Nature in May found that a global temperature rise of 3 C would lead to an “abrupt jump” in the pace of Antarctic ice loss that would, in turn, trigger “rapid and unstoppable” sea-level rise.

A second study, published in June in the journal Science Advances, found that an ice shelf that supports the 175,000-square-km (68,000-square-mile) Pine Island Glacier is breaking up into the water faster and faster. The glacier is responsible for more than a quarter of Antarctica’s contribution to global sea level rise and will melt faster if it collapses into warm waters. “If the ice shelf’s rapid retreat continues, it could further destabilise the glacier far sooner than would be expected” the authors wrote.

Read more at: https://www.dtnext.in/News/World/2021/06/24035915/1302682/Antarctic-in-climate-crisis-despite-treaty.vpf


Version traduite en Français via Google Translate

L’Antarctique en crise climatique malgré le Traité

Lorsque le Traité sur l’Antarctique est entré en vigueur il y a 60 ans, ses signataires n’avaient aucune idée de son succès. Les dirigeants mondiaux ont convenu de laisser un
continent inhabité deux fois plus grand que l’Australie, exempt de guerre, d’armes et de déchets nucléaires.
À cette époque, ils ont déclaré que la région polaire australe, qui est constituée à 98 % de glace et n’a pas de population indigène, ne devrait appartenir à aucun pays et être plutôt consacrée à
science collaborative. Au cours des décennies suivantes, des règles supplémentaires visant à empêcher les entreprises d’exploiter des minéraux et de forer du pétrole ont transformé l’Antarctique en la plus grande réserve naturelle du monde.


Aujourd’hui, le changement climatique compromet cette réussite. Environ 90 % de l’eau douce de surface du monde est emprisonnée dans la calotte glaciaire de l’Antarctique et, à mesure que la planète se réchauffe, les glaciers dont
l’effondrement inonderait les villes côtières de New York à Jakarta fondent et deviennent de moins en moins stables.

Les dirigeants mondiaux se sont engagés à limiter le réchauffement bien en dessous de 2 degrés Celsius ce siècle, mais leurs politiques actuelles chaufferont le monde de près de 3 degrés Celsius, selon l’Allemagne.
groupe de recherche basé sur Climate Action Tracker. Une étude publiée dans la revue Nature en mai a révélé qu’une augmentation de la température mondiale de 3 °C entraînerait un « saut brusque » dans le rythme de
Une perte de glace en Antarctique qui, à son tour, déclencherait une élévation « rapide et imparable » du niveau de la mer.

Une deuxième étude, publiée en juin dans la revue Science Advances, a révélé qu’une plate-forme de glace qui supporte le glacier Pine Island de 175 000 km2 (68 000 milles carrés) est en train de se briser.
dans l’eau de plus en plus vite. Le glacier est responsable de plus d’un quart de la contribution de l’Antarctique à l’élévation mondiale du niveau de la mer et fondra plus rapidement s’il s’effondre dans un climat chaud
des eaux. « Si le retrait rapide de la banquise se poursuit, cela pourrait déstabiliser davantage le glacier bien plus tôt que prévu », ont écrit les auteurs.

Lire la suite sur: https://www.dtnext.in/News/World/2021/06/24035915/1302682/Antarctic-in-climate-crisis-despite-treaty.vpf

Info de la Source Publié * ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.